Gu-Bragh autour des Iles août 2010 Belle Isle

Publié le par gu-bragh-stories.over-blog.com

La mer est très calme un filet de vent, le temps est au beau, le vent déjà pas bien fort a faibli, on met le moteur, celui-ci chauffe donc on l’utilise à minima et privilégions  la voile. À l’approche de Belle-Ile DSC02003nous sommes abordés par un photographe professionnel qui nous propose de nous prendre en photo sur notre « bel Arpège », il nous précise photo en noir et blanc et argentique, que de mots magiques on dit ok. Et nous voilà à prendre la pose, bateau à la gîte et attentant le rayon de soleil (le ciel c’était un peu voilé entre temps, mais du soleil sur mon ILE ). Notre portrait tiré il nous donne rdv sur notre bateau au port en fin de journée, ça roule ma poule. Et on borde un max les voiles pour avancer au plus vite car Florin à la pétoche qu’il n’y ai plus de place au port, mais le voilà bien soulagé avec un abatage de voile nickel et une jolie responsable de la capitainerie venue à notre rencontre à l’entrée du port pour nous assurer de toute la place que l’on voulait. Nous sommes ravis et allons nous mettre à couple d’un first 30  au ponton devant la caserne des pompiers, souvenirs souvenirs, je suis émue, je vis un rêve éveillé, tout vient à temps à qui sait attendre…

DSC02008

 J’emmène Florin à la découverte de Le Palais, il semble lui aussi charmé par les rues et ruelles escarpées, les couleurs vives des volets, une vrai image de carte postale.

Le lendemain (samedi 7 août) nous prenons les vélos pour aller au ravitaillement au super U, à deux pas mais avec une méga cote à grimper, en fait, la géographie de l’ile est très vallonnée.

Je remarque que les personnes en surpoids ne sont pas légion ici et pour cause…

Ceci dit les cotes ont les montent à vide si je puis dire et on les redescend chargés de nos emplettes, pour vous dire la raideur des descendes, je les descendes arque boutée en arrière de la selle, freinant tout le long, on n’a pas intérêt à se prendre pour Alberto Contador et comparses les rues sont étroites et en lacets. Nous rentrons au bateau sans heurts et pas trop mouillé par le crachin. Ce dernier disparait pour laisser place au soleil, ça c’est le microclimat de Belle Ile.

Florin ayant envie de se faire un Lazy Jack, pour simplifier les manœuvres d’affalage et d’envoi de la grand voile (GV), a besoin d’une perceuse sans fil. Renseignement pris, il y a un magasin de bricolage sur les hauteurs du palais, nous nous y rendons passant les deux portes Vauban sur nos petits vélos bleus, P070810_18.09.jpgça vous fait des mollets d’acier ces grimpettes Belle Iloises.

Nous redescendons nos achats fait, par un chemin de travers, passant pas un petit bois et nous débouchons sur les hauteurs de l’arrière port, je découvre avec Florin mon Ile.P070810_17.08_-01-.jpg

Puis je l’emmène découvrir, P070810 18.06  notre site de camping familial pendant près de 20 ans, il est charmé par le cadre. Nous empruntons le sentier côtier pour P070810 18.08rejoindre la pointe de Taillefer,  aie aie aie ce sentier n’est pas vraiment conçu pour être pratiqué à vélo…


Le lendemain dimanche 8 août, Florin qui fait son Lazy Jack s’aperçois qu’il c’est trompé dans ses calculs et qu’il lui manque, 10 m de bouts et 6 cosses, donc fabrication remise au lendemain, pour se consoler le soir nous assistons à la Citadelle à un Rigoletto adapté pour un orchestre réduit, ce fut un régal malgré que l’on fut trop loin de la scène (pour ma part) pour lire les sous-titres et voir les visages des interprètes, les jumelles de théâtre ça va bien 5 minutes mais après c’est épuisant. Pas grave j’ai tout de même beaucoup apprécié.


Publié dans Aoüt 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article